Biennale Internationale Design Saint-Etienne : nos coups de cœur !

Intrigantes, intéressantes, rafraîchissantes… Les expos présentées cette année lors de la Biennale ont fait vibrer notre équipe ! Retour en images sur nos coups de cœur et découvertes.

Très réussie, l’exposition « L’âge du faire », dirigée par l’association Particule 14,  permet d’explorer l’urbanité avec des objets, pièces de mobilier et installations développant les techniques de l’acier et du béton léger. Réalisée grâce à la collaboration et aux savoir-faire de La Tôlerie Forezienne et de Concrete LCDA, cette exposition présente le travail de plusieurs de nos designers chouchous, comme Marc Brétillot,  Patrick Nadeau, ou encore Normal Studio.

Exposition « L’âge du Faire » par Particule 14 – Miroir urbain, paravent urbain, Normal Studio & la Tôlerie Forezienne

 

Dans l’ombre de la claire fontaine, Patrick Nadeau avec Laorus & la Tôlerie Forezienne

 

Barbecue de table YUMMY YOU, Marc Brétillot, Eric Trochon & la Tôlerie Forezienne

 

Autre coup de cœur, l’exposition « Design with heart », qui présente une sélection d’objets contemporains choisis par Sébastien Bergne sur la base de ses goûts personnels et de sa longue expérience en tant que designer industriel. En apparence disparates, tous les objets sélectionnés ont en commun de transcender les questions de style ou d’esthétique. On a pu y repérer entre autres la cloche lumineuse « Curiosity object », co-réalisée par la designer Gaëlle Gabillet, collaboratrice des Éditions Made In Design.

 

Exposition « Design with Heart » par Sébastien Bergne – Au premier plan : Curiosity object, cloche lumineuse, Studio Gabillet et Villard – Au plafond : Lampe Sparrow, Zhili Liu – En arrière plan : Bancs en marbre Girella et Galleria par Ron Gilad

 

Chaise AA en acier laqué perforé, Chantal Andriot pour Tolix

 

Particulièrement instructive, l’exposition « Charlotte Perriand et le Japon » est consacrée à l’impact de la découverte de l’archipel nippon sur la designer française. Sa mission au Japon à partir de 1940 a été à l’origine de propositions inédites. Une occasion de (re)découvrir ses créations personnelles, dont certaines ont été rééditées pour l’occasion, des images d’archive inédites, des pièces retrouvées au Japon et jamais exposées en Europe.

 

Exposition « Charlotte Perriand et le Japon » – Commissariat : Martine Dancer, Pernette Perriand-Barsac et Jacques Barsac

 

Applique à volet pivotant, réédition de 1962 par Nemo

 

Si vous n’avez pas encore eu l’occasion de faire un tour à Saint-Etienne, dépêchez-vous ! La Biennale fermera ses portes ce dimanche 31 mars.

 

Something to Say?

Your email address will not be published.